Illustrateur jeunesse

Revue de presse

 

Chez le fil rouge , avril 2019

À propos des Érable rouge (éditions Auzou)

Fabrice Boulanger, ce véritable magicien du dessin, a un talent fou pour illustrer les subtilités de la nature. Je m’explique. Les images, tout au long de l’album, sont simplement magiques. C’est comme si on y était. Les illustrations où les rayons du soleil traversent les arbres sont tout simplement splendides.Un travail d’équipe entre l’autrice et l’illustrateur fait de cet album une œuvre incroyable. Que vous souhaitiez simplement en apprendre davantage sur les légendes huronnes-wendates ou encore pour vous émerveillez devant les illustrations pleines de vie, Les érables rouges ne laissera personne indifférent. Êtes-vous encore convaincus que c’est seulement le froid qui fait rougir les feuilles des érables?

Lien web

Lurelu, automne 2017

À propos des Classiques de la littérature fantastique (Éditions de la Bagnole)

 

Le style de Fabrice Boulanger nous est devenu familier depuis la sortie très remarquée de Ma soeur veut un zizi . Des personnages à croquer qu'on aurait envie de câliner... mais entre mignonne fillette rousse qui s'interroge sur l'anatomie de son frère et un mort-vivant buveur de sang, un fantôme défiguré ou un cadavre ramené à la vie, il y a tout une marge. On aurait pu craindre des intrigues très sombres du fantastique victorien et l'approche croquignolette de Boulanger tourneraient à la farce, mais il n'en est rien.

Agréable surprise, le style de Boulanger permet de présenter les monstres du XIX siècle sous leur jour le plus humain. La solitude de la créature de Frankenstein, la soif de compagnie du comte Dracula, la vie tragique d'Erik dit "le Fantôme de l'Opéra" - les "monstres" deviennent autant d'êtres incompris, et cela, sans sombrer dans la mièvrerie. La créature de Frankenstein reste violente et tourmentée; mais, sous la plume de Boulanger, la violence trouve sa justification dans le rejet et l'incompréhension, une situation dans laquelle les enfants pourront facilement percevoir un écho de la réalité scolaire...

(Sébastien Chartrand) 

Campagnepourlalecture.ca , mai 2017

À propos de Rose Latulipe (éditions Auzou)

Leur dernière parution réinvente notre chère Rose Latulipe, plus belle et plus coquette que jamais. Fabrice Boulanger dessine une Rose aux allures de princesse, robe bouffante et chevelure abondante. Son diable, quant à lui, est plutôt draculéen et cache ses crocs sous son sourire étincelant. Les images de synthèse séduiront les enfants, sans le moindre doute.

Lien web

Lutinbazar.fr, juillet 2017

À propos des Classiques de la littérature fantastique (Éditions de la Bagnole)

Le choix des histoires est très intéressant ! Il est rare, dans le domaine de la littérature jeunesse, de lire les histoires de Frankenstein, du Dr Jekyll ou encore du fantôme de l’Opéra. Des histoires pas franchement écrites pour de jeunes enfants me direz-vous…

Et c’est là qu’est tout le talent de l’auteur. Il parvient à adapter parfaitement ces textes à un jeune public. Les récits sont simples, assez courts, avec la petite pincée d’humour qui va bien. Il va à l’essentiel, sans pour autant retirer l’intérêt des histoires.
Peu importe l’histoire, le lecteur est toujours projeté dans la peau d’un personnage clé car tous les récits sont écrits à la première personne. Se retrouver dans la peau de Dracula, c’est plutôt sympa ^^
De ces histoires qui font peur, l’auteur conserve la saveur mais retire tout ce qui pourrait être traumatisant. Le lecteur ne referme pas le livre la boule au ventre et la certitude de faire des cauchemars en tête. Du frisson, mais à dose mesurée et adaptée au public visé. Et les histoires qui font peur (mais pas trop), les enfants en raffolent, c’est bien connu.

L’ambiance dégagée par les illustrations est extraordinaire. Aucune couleur criarde mais plutôt une palette de tons sombres, qui donnent pourtant des dessins très lumineux. Le trait est superbe, vivant, précis, avec un petit style BD que l’on doit à l’une des passions de Fabrice Boulanger.

Lien Web

 

pageparpage.com , octobre 2016

À propos de La Main (Éditions de la Bagnole)

L’adaptation en bande dessinée d’une œuvre de Maupassant n’est pas évidente. Pour réussir, il faut se soustraire aux courants lourds de détails que sont le réalisme et naturalisme de l’époque. Fabrice Boulanger a fait preuve d’une précision experte dans ce travail d’épuration. Il n’a gardé que l’essentiel qui peut plaire à un enfant. L’histoire est complète, mais bien énigmatique. Assurément, le jeune public posera des questions. N’est-ce pas une des beautés de la littérature?

Les talents de dessin de l’illustrateur sont la force de cette œuvre. Le personnage principal, bien qu’un monsieur, a une allure à laquelle peut aisément s’identifier un enfant. L’attention des détails autour des décors est phénoménale, mais les personnages gardent un aspect enfantin, ce qui ne surcharge pas les images. Une réussite sur toute la ligne.

Lien Web

Blog Writing and Illustrating, novembre 2015

Interview Web (anglais)

 

Mes premières lectures, novembre 2015

À propos de  La machine a explorer le temps (Éditions de la Bagnole)

 

Le premier bon point distribué va aux illustrations : personnellement, c’est un vrai gros coup de cœur pour le trait de Fabrice Boulanger, tout en rondeur. Les couleurs sont douces, les illustrations accompagnent l’histoire et nous proposent un univers facile a appréhender, dans lequel on a envie de plonger. 

 

Le deuxième bon point va au texte, clair, simple, mais qui ne trahit pas la trame du texte initial. On retrouve bien la volonté du narrateur de raconter son voyage et le bond dans un futur complètement différent,dans lequel nos repères sont chamboulés, ainsi que la rencontre avec les Elois, les Morlocks, et le paysage complètement changé. 

 

Un troisième point est attribué aux possibilités qu’offre ce livre : déjà, la découverte aux enfants à partir de 5 ans de textes majeurs de la littérature contemporaine, une entrée facilitée dans des univers qui auraient pu leur rester opaques, et un aspect non-négligeable pour cet âge-là, la possibilité de commencer à lire l’histoire seul. En effet, la mise en page, la police d’écriture et la taille choisies sont aisément déchiffrables pour les enfants que la lecture intéresse. 

Lien Web

 

Mes premières lectures, novembre 2015

À propos de Frankenstein (Éditions de la Bagnole)

 

Si vous pensez que l’histoire de Frankensteinest impossible à adapter pour des enfants de 5 ans, détrompez-vous ! L’auteur y parvient parfaitement et réussi en plus le tour de force d’y ajouter de l’humour. [...] En ce qui concerne la retranscription de ce monument de la littérature avec aussi peu de texte, ça fonctionne, et même très bien. Les éléments essentiels de l’histoire sont bien présents et respectés autant que possible étant donné l’âge du lectorat. Conclusion, cet album jeunesse est une petite réussite, tant au niveau graphique que textuel.

Lien Web

 

Livres.monecole.fr, octobre 2015

À propos de L'étrange cas du Dr. Jekyll et de M.Hyde (Éditions de la Bagnole)

 

"L’auteur réussit en peu de pages à insuffler l’esprit de l’œuvre de Robert Louis Stevenson, il insiste sur la dimension affective qui lit le personnage principal à sa fiancée et il adopte une transformation tours limitée en monstre.

Bref aucune silhouette ne prend un aspect traumatisant, les effets destructifs sur les objets prennent le pas sur les atteintes aux personnes qui gardent un caractère mesuré et vague tant par les mots que par l’illustration (écraser la main, renverser quelqu’un, agresser)."

Lien Web

 

Des livres et des Actus, septembre 2015

À propos des Classiques de la littérature fantastique (Éditions de la Bagnole)

Interview Web

 

Pause Lecture, printemps 2015

À propos de Tiki Tropical (Éditions Québec Amérique)

Avec le froid des dernières semaines et les descriptions de Boulanger, j'avais l'impression d'être vraiment sur cette île déserte au chaud. Des éléments fantastiques viennent déstabiliser le lecteur et les candidats.Un roman qu'on ne peut laisser de côté tellement il nous captive.

Lien Web

 

Plus de livres, printemps 2015

À propos de Tiki Tropical (éditions Québec Amérique)

Voyez-vous, l'auteur m'a conquise par sa plume qui m'a si facilement transportée sur cette mystérieuse île déserte. Impossible de lâcher l'objet. J'ai lu en marchant, dans le taxi, en me brossant les dents, bref. J'ai adhéré à cent pour cent. Même si parfois, j'avais l'impression d'avoir un roman adulte entre les mains, les participants ayant plus ou moins l'attitude d'adolescents. [...] La fin, le dénouement quoi, je ne m'y attendais pas du tout. La surprise totale! En bon québécois: "je suis sur le cul." L'auteur qui berne ses lecteurs... Ah! Une si grande histoire. Je plaide coupable, il en a eu une autre.

 

La Bible Urbaine, mars 2015

À propos de Tiki Tropical (Éditions Québec Amérique)

Fabrice Boulanger arrive à créer dans Tiki Tropical des personnages auxquels on croit, tous très différents, sans tomber dans les stéréotypes. Ils ont tous une zone d’ombre qu’ils apprendront à découvrir. Et au travers de tout ça, il réussit à donner à ses personnages une vision des émissions de télé-réalité, souvent très appréciées des adolescents, qui n’est pas très rose. Rien de moralisateur dans Tiki Tropical. Tout est abordé avec juste assez de justesse pour que le message passe sans qu’on ait l’impression qu’on essaie de nous le faire comprendre de force.

Lien Web

 

Emplois-enseignant, octobre 2014

À propos des Classiques de la littérature fantastique (éditions de la Bagnole)

"Naturellement, Boulanger prend des libertés face aux oeuvres originales, mais ses choix s'avèrent judicieux. Il passe au tamis ce qu'il y a de superflu pour de très jeunes lecteurs, ne conserve que l'essence des histoires. C'est un remarquable travail de synthèse qu'il fait là. Pour se familiariser à des oeuvres colossales, autremant que pas la loupe aseptisée de Walt Disney, ces publications de La Bagnole me semble très pertinantes."

 

Maman pour la vie, octobre 2014

À propos de Dracula (éditions de la Bagnole)

"Une bien jolie histoire et surtout une belle initiation aux grands classiques de la littérature fantastique pour les jeunes, et ce, sans l’aspect morbide de la créature d’épouvante du roman original de Bram Stoker. Cette nouvelle collection, aux éditions de la Bagnole, est un outil privilégié pour aborder les grands personnages de la littérature du XIXe siècle!"

Lien web

 

Papa blogueur, septembre 2014

À propos de La machine à explorer le temps et Dracula (éditions de la Bagnole)

"L’auteur et illustrateur Fabrice Boulanger se réapproprie les plus célèbres romans fantastiques grâce à des histoires adaptées aux enfants dès 5 ans et des illustrations d’une rare beauté. Un vrai régal pour les yeux, quelques frissons et des aventures à couper le souffle centrées sur l’amitié, la solidarité et le respect de la différence.

Les enfants connaissent à la maison. Après 20 000 lieues sous les mers, Fabrice Boulanger nous fait rêver par son travail extraordinaire et sa passion pour la littérature fantastique."

Lien web

 

Critiques Libres, mars 2014

À propos de Frankenstein (Éditions de la Bagnole)

" Frankenstein, adapté par Fabrice Boulanger, retient l’essentiel du récit proposé par Mary Shelley. Le texte est de 50 à 60 mots par double-page, ce qui le fait tourner globalement autour de 1 500 mots. Les illustrations ont un contenu fort et parfois symbolique, telle celle où on voit à côté du plan du personnage à construire des ciseaux et de la colle qui renvoient à l’idée du bricolage dans la création du futur monstre. "

Lien web

 

Critiques Libres, février 2014

À propos de Vingt mille lieues sous les mers (Éditions de la Bagnole)

 

"Voilà donc un ouvrage "Vingt mille lieues sous les mers" qui est la propédeutique à la découverte de l'ensemble des productions de Jules Verne. Nul doute que les classes de l’école primaire du CE 2 au CM 2 qui se rendent dans les musées Jules Verne de Nantes ou d’Amiens seront bien préparées à cette visite (ou trouveront un prolongement à celle-ci) par cette lecture. [...] Les BCD et les CDI de ces établissements devraient posséder cet ouvrage car il est une des meilleures adaptations d'un récit de cet auteur. Quelque soit le niveau des élèves (en primaire ou secondaire), il est pour tous une incitation à une création artistique autour de l'univers vernien."

Lien Web

 

Lurelu volume 36, automne 2013

À propos de Ma soeur veut un zizi (éditions de la Bagnole)

En publiant Ma soeur veut un zizi, l'auteur et illustrateur Fabrice Boulanger, tout comme son éditrice Jennifer Tremblay, savaient qu'ils posaient un acte de courage. Courage de dire non au puritanisme ambiant, qui ne diffère de celui des années 50 que par l'absence de soutane ou de cornette sur la personne des censeurs. [...] L'album paru en 2012 aux éditions de la Bagnole est une oeuvre amusante et pertinente à la fois, sont le sujet n'est pas le sexe mais bien l'anatomie, comme l'a intelligemment fait valoir l'éditrice. [...] Autrement, l'oeil se régale du dessin coloré, net et expressif de Fabrice Boulanger, des bouilles rigolotes de ses personnages, de l'humour qui baigne texte et illustration.

 

Les histoires sans fin, juin 2013

À propos de Ma soeur veut un zizi (éditions de la Bagnole)

Lien web interview

 

Revue Les libraires, octobre 2012

À propos de Ma soeur veut un zizi (édtions de la Bagnole)

Ce que j’ai reçu dans ma boîte de courriels est bien loin de l’album Petit zizi (Lenain/Poulin-Édition les 400 coups)). Dans cette nouveauté tout à fait charmante, on parle non seulement de zizi, mais on en montre! Ce livre qui m’a fait écarquiller les yeux, sauter de joie, sourire et éclater de rire, c’est Ma sœur veut un zizi.[...] À mon avis, cet album est une réussite sur tous les plans. Il est beau, il est rigolo et il aborde une thématique bien présente chez les enfants. Ça fait aujourd’hui quinze ans que Petit zizi est paru et j’en entends encore parler. Bien honnêtement, je souhaite que dans quinze ans on entende encore parler de Ma sœur veut un zizi…

Lien Web

 

Sophie Lit, octobre 2011

À propos de Avis de tempête (Éditions Québec Amérique)

Je disais dans mon premier billet sur la série que les personnages semblaient très prometteurs et j’en ai la preuve ici. Chacune des capacités qu’ils ont montrées au fil des pages est bien exploitée et trouve sa place dans la trame du récit. J’ai particulièrement été charmée par Maude avec les secrets, les souffrances, les désirs d’une ex-soldat qui a vécu un drame en Afghanistan. Une belle façon de traiter un sujet lourd dans un roman pour adolescents sans briser le rythme du récit. Bravo!

Lien Web